«Zemmour président» : qui colle des affiches à l’effigie de l’éditorialiste de CNews ?

Zemmour président ! Dans la nuit de dimanche à lundi, des sympathisants du journaliste, potentiel candidat à la présidentielle, ont participé à une vaste opération de collage d’affiches dans plusieurs villes de France.

« Je viens d’halluciner ! » Au hasard de son trajet en bus ce lundi matin, Grégory, cadre en entreprise, a découvert en passant boulevard Haussmann, à Paris, un pan de mur recouvert d’affiches à l’effigie d’Eric Zemmour.

Illustrées d’une photo soignée du polémiste de CNews, elles empruntent en tout point les codes de la propagande électorale. C’est d’ailleurs tout le sens de cette campagne d’affichage, estampillée « Zemmour président ».

Devant les locaux de CNews où officie l’éditorialiste, dans les rues de Lyon, de Limoges ou dans des communes rurales comme Saint-Rambert-en-Bugey (NDLR, une ville de 2300 âmes dans l’Ain)… Lundi matin, le visage de l’éditorialiste, , s’affiche dans toute la France.

«Zemmour président» : qui colle des affiches à l’effigie de l’éditorialiste de CNews ?

« Mais qui est à l’origine de ces collages ? » Grégory, le passant parisien, s’interroge. « Des sympathisants ? Zemmour lui-même ? » En réalité, l’initiative émane des Amis d’Eric Zemmour, constitués en parti, à l’origine de l’opération collage.

Les posters ont pris place sur les murs et sur les panneaux des élections régionales fraîchement passées. L’issue de ce scrutin, peu favorable au Rassemblement national (RN), laisse « un espace » à ce potentiel candidat « nouveau » de la droite, veut-on croire du côté du nouveau parti pro-Zemmour.

« Plus de 1 000 communes » concernées par l’opération

Au total, « 500 militants se sont mobilisés, 90 départements (NDLR, sur les 95 que compte la France métropolitaine) et plus de 1 000 communes ont été touchés », revendiquent les Amis d’Eric Zemmour dans un communiqué.

Pour ce faire, le parti a coopéré avec des associations appelant elles aussi de leurs vœux une candidature de l’éditorialiste vedette de la chaîne numéro 16. « Je me suis levé à 4 heures pour coller à Paris et en Île-de-France, d’autres plus tôt encore », glisse dans un sourire Stanislas Rigault, membre du mouvement Génération Z, particulièrement actif sur les réseaux sociaux pour porter les couleurs de la droite incarnée par Eric Zemmour.

Si une candidature du polémiste est souhaitée par plusieurs groupes et associations, elle n’est pour l’heure pas ouvertement revendiquée par le principal intéressé. Pierre Meurin affirme ne pas avoir eu de retour direct d’Eric Zemmour – qu’il affirme avoir rencontré « une fois » – quant à cette campagne d’affichage. « Je sais que ça le touche mais je ne suis pas sur les réseaux sociaux, je ne sais pas s’il a réagi », dit-il. Sur son compte Twitter, le futur potentiel candidat à la présidentielle arbore en tout cas la même photo que celle déployée pour l’opération collage.

« Ne pas lésiner sur ce qui constitue le pays réel »

La grande session de collage s’est déroulée au cœur de la nuit, avec une volonté de toucher toute la population au lendemain d’un scrutin qui a porté haut l’abstentionnisme. « On a collé dans les métropoles mais aussi dans la France des Gilets jaunes, des sous-préfectures, des communes rurales », se félicite Pierre Meurin. Ancien directeur des études de l’Issep, l’école de Marion Maréchal, ce dernier a coordonné l’opération. Avec un mot d’ordre : « Ne pas lésiner sur ce qui constitue le pays réel ».

Les colleurs n’ont effectivement pas lésiné puisque le nombre d’affiches imprimées était de 10 000. Leur élaboration et leur impression ont été gérées par l’association de financement (NDLR, créée fin avril, selon le site d’information Médiacités) du parti Les Amis d’Eric Zemmour, qui « a constitué un trésor de guerre à partir de petits donateurs », indique Pierre Meurin.

Une précampagne tambour battant

Cette opération collage marque le lancement d’une campagne que ses porteurs veulent hyperactive, avant même une éventuelle officialisation par Eric Zemmour. Elle s’accompagne du slogan #DemainavecZemmour, porté ce lundi en tête des hashtags circulant sur Twitter et partagé par les différents mouvements qui lui sont favorables.

Une fusion des différents groupes de soutien, à l’instar de Génération Z, avec les Amis d’Eric Zemmour ne semble d’ailleurs pas à exclure. « Nous travaillons déjà ensemble », fait-on valoir de part et d’autre.

«Zemmour président» : qui colle des affiches à l’effigie de l’éditorialiste de CNews ?

Grégory, le passant parisien qui semble peu goûter cette impulsion pro-Zemmour, juge l’affiche « mi-électorale, mi-flippante » et s’interroge sur sa légitimité « alors qu’il n’est même pas candidat ».

Ces derniers devraient toutefois se préparer à voir fleurir le visage d’Eric Zemmour un peu partout. « Des actions similaires seront conduites dans les prochains jours », promettent Les Amis d’Eric Zemmour.

SOURCE