Présidentielle : la stratégie d’Eric Zemmour passe par la Manif pour tous

Le polémiste, qui sera ce mardi à Versailles, entend bien s’appuyer sur les réseaux engagés contre le mariage pour tous et la PMA pour toutes dans la perspective de son offensive politique.

Direction Versailles. Pour la troisième fois en moins d’un mois, Éric Zemmour participe à un événement public dans la préfecture des Yvelines. Ce mardi 19 octobre, il va présenter son livre « La France n’a pas dit son dernier mot » (Rubempré) au palais des congrès, à l’invitation des Éveilleurs.

Cocréée par Pierre Nicolas, un consultant numérique qui fut le directeur de cabinet officieux de la députée FN Marion Maréchal-Le Pen, cette association est née en 2016 dans le sillage du Mouvement des veilleurs. Lequel s’opposait, par le biais de lectures dans des lieux publics, au mariage pour tous.

Un public de choix pour l’essayiste, dont la candidature à la présidentielle ne fait plus guère de doute. Dans l’entourage, encore flou, d’Éric Zemmour émergent déjà plusieurs figures de la galaxie de la Manif pour tous (MPT), fer de lance de la mobilisation contre l’ouverture du mariage aux couples de même sexe durant le quinquennat Hollande.« Un grand nombre de personnes, engagées à la MPT, se réintéressent à la vie politique grâce à la perspective d’une candidature Zemmour »Un ancien cadre de la Manif pour tous

Très visible, Samuel Lafont, un ancien militant du Printemps français, aile radicale de la MPT, est en charge de la communication numérique d’Éric Zemmour, qu’il accompagnait le week-end dernier à Nîmes et à Béziers. « Je ne dirais pas que Zemmour fait une OPA sur la MPT. Mais clairement, il plaît à ce public », souffle-t-il.

Albéric Dumont, actuel vice-président de la MPT, à la tête de la société de sécurité Ultreïa, assure, lui, la protection rapprochée du polémiste. Plus discret, l’ancien préfet Jean-Paul Bolufer présidait l’une des trente-sept associations que regroupait la MPT. S’il reste évasif sur ses fonctions, plusieurs interlocuteurs de l’équipe Zemmour le décrivent aujourd’hui comme son « chef de cabinet ». « Il est proche de lui, c’est un fonctionnaire de grand talent », vante Christine Boutin, dont il fut le directeur de cabinet au ministère du Logement.

« J’observe qu’un grand nombre de personnes, engagées à la MPT, se réintéressent à la vie politique grâce à la perspective d’une candidature Zemmour, souligne un ancien cadre du mouvement, qui préfère rester anonyme. » Autant dire que le discours radical de l’ancienne star de CNews est comme du miel à leurs oreilles quand il attaque, à longueur de discours, « minorités LGBT » et autre « théorie du genre ».

« Une défaite politique à court terme peut cependant se transfigurer en victoire culturelle au long cours », écrit Éric Zemmour dans son dernier essai au sujet de la MPT. En 2019, il expliquait dans Le Figaro que les manifestants qui défilaient contre la PMA pour toutes pourraient finir par « renverser la table » s’ils s’allient « aux classes populaires ». Précisément ce que lui prétend pouvoir faire via la question identitaire.

« Un certain nombre de personnes chez nous apprécient Éric Zemmour, c’est évident », reconnaît Ludovine de La Rochère, présidente de la MPT. Mais son association, qui se veut apolitique, ne se rangera pas officiellement derrière un candidat à la présidentielle. Elle publiera les réponses de chacun à un questionnaire de revendications. Ce qui ne l’empêche pas d’observer que Valérie Pécresse a « retourné sa veste à 180 % » ou que Marine Le Pen « s’exprime peu sur les lois bioéthiques ».« Il remplit toutes les cases et rencontre un écho auprès de notre base militante qui trouve chez lui ce qu’ils ne trouvent plus chez LR »Laurence Trochu, président du Mouvement conservateur (anciennement Sens commun)

Émanation politique de la MPT, le Mouvement conservateur (ex-Sens commun) prendra, lui, position. Si sa présidente, Laurence Trochu, discutera ce mardi matin avec Michel Barnier, candidat au congrès de LR qui désignera le champion des Républicains pour 2022, elle a déjà échangé avec Éric Zemmour au printemps dernier pour lui présenter ses « priorités ».Newsletter Nos analyses et indiscrétions sur le pouvoirPolitiqueS’inscrire à la newsletter

« Il remplit toutes les cases et rencontre un écho auprès de notre base militante qui trouve chez lui ce qu’ils ne trouvent plus chez LR. Les conservateurs sont orphelins depuis que l’on sait que Wauquiez et Retailleau ne sont plus candidats », assume la dirigeante de ce parti… associé à LR.

Invités à la « Journée du conservatisme », le 26 septembre dernier, ni Michel Barnier ni Valérie Pécresse ne sont venus. Éric Zemmour, oui. Mais avant de se décider à soutenir un candidat, Laurence Trochu veut « regarder les législatives ». Comprendre : négocier des investitures pour ses 200 élus après une moisson décevante avec LR en 2017.

Ça tombe bien, s’il brigue l’Élysée, Éric Zemmour va devoir lui aussi aligner des candidats aux législatives. « Zemmour cherche des gens qui ont des réseaux chez LR et au RN pour les fragiliser », souligne un ancien de Sens commun. Exactement ce que les réseaux issus de la MPT peuvent lui fournir… Un beau mariage de raison en perspective.

SOURCE